Forum

Vers une dynamique politique populaire?

D’une Présidentielle morne, d’une réaction populaire se traduisant surtout par une abstention de masse, peut-on voir surgir une dynamique politique populaire? C’est la question que se pose Makan Rafadjou. Pierre Zarka réagit. C’est le début d’un échange sur le Forum des coopérateurs de Cerises.

Participez à ces échanges en nous envoyant votre contribution à l’adresse : cerises@plateformecitoyenne.net


Makan Rafadjou

D’une dynamique politique populaire comme ferment de l’Union populaire

La séquence présidentielle a livré quelques enseignements majeurs :

A/ la fin d’une période historique des partis pris dans la nasse institutionnelle, soit qu’ils aient parfaitement endossé cette posture dans le conformisme de l’alternance pour des variantes d’une même politique (LR-PS), soit qu’ils se soient montrés incapables de dégager des idées-forces nouvelles en phase avec les grands défis sociaux et écologiques, démocratiques et politiques et des marges de manœuvre réels sources de transformations nécessaires en phase avec les mouvements sociaux et les attentes citoyennes (PC-EELV),

(lire la suite)


Pierre Zarka

Un anticapitalisme à usage immédiat

La constitution d’un accord « d’Union populaire » pose au moins deux questions.

Je m’inscris dans le sillage de l’intervention de Makan.

La première question de plus en plus fréquemment abordée : ne pas en rester à un cartel de partis construit à leur sommet ; on a vu déjà par deux fois sur quels échecs ils aboutissaient. La question d’un ancrage plus fort dans les milieux et associations populaires est mis en avant. C’est effectivement une des clefs de la réussite. Mais est-il suffisant ?

(lire la suite)


Boycott constituant

Aux électeurs, électrices, aux candidat·s : proposition de charte démocratique.

Les élections présidentielles que nous venons de connaître mettent en évidence tant le caractère non démocratique de ce scrutin et des institutions de la V° République, que l’épuisement de ce régime. Les 27,9% d’abstentions, de blancs et de nuls par rapport aux inscrit·es au premier tour, sans compter les citoyen·nes non-inscrit·es, ont notamment exprimé cette situation. Les mobilisations, salariales, climatiques, défendant emplois et conditions de travail, n’ont pas fait de pause électorale. Dans la rue, dans les urnes, ou sans bulletin du tout, la majorité dans le pays n’est pas disposée à subir un nouveau quinquennat dans les conditions fixées par ce régime et par ce président.

(lire la suite)


Henri Mermé

Dynamique campagne électorale dans la 7ème circonscription de Paris

Cette circonscription couvrant la partie sud du XIème, une petite partie Ouest du XIIème et le IVème a longtemps été une chasse gardée électorale du PS jusqu’en 2017, où un LREM ancien élu PS l’a emporté comme dans la très grande majorité des arrondissements de la partie Est de Paris. Le sortant Pacôme Rupin ne se représente pas et la macronie a choisi comme candidat Clément Beaune qui vient d’être nommé ministre de l’Europe et qui risque son ministère dans cette élection. Ces arrondissements sont en voie déjà assez avancée de gentrification mais demeurent, dans le Xième en particulier, des habitant.es d’origine populaire en particulier dans les assez nombreux immeubles du secteur social.

(lire la suite)


Catherine Destom Bottin

Campagne de Pontivy une équipe NUPES très plurielle

Pontivyenne, de Pontivy, Marie-Madeleine Doré-Lucas est candidate aux législatives sur la 3e circonscription du Morbihan . Elle a été investie par la Nouvelle Union Populaire, Écologique et Sociale (Nupes).

Sa candidature rassemble France Insoumise dont elle est membre, des adhérent.e.s et, ou, des sympathisant.e.s des partis PC, PS, EELV, Génération. Mais cette candidature est beaucoup plus large.

(lire la suite)


Faire culture : une cause commune

Au lendemain d’un accord historique rassemblant dans la campagne législative les forces de progrès, nous voulons investir la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale. C’est un rassemblement inédit qui donne à espérer. Nous le soutenons. Ce doit être également un rassemblement populaire et culturel. Nous y travaillons. Avec gravité autant que dans la joie. Avec gravité, car la droite au pouvoir entend poursuivre son œuvre de sape des conquêtes sociales, de bradage des services publics, d’accroissement vertigineux des inégalités. Avec gravité, car les idées nauséabondes de l’extrême-droite ont encore gagné du terrain. Avec gravité, car l’humain est mis en péril par le saccage de sa planète et de ses cultures.

(lire la suite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


CAPTCHA Image
Reload Image