Pedro Almodovar signe là son 24ème long métrage. Deux histoires s’entremêlent : les charniers franquistes, faut-il se lancer dans un travail de mémoire ou oublier pour ne pas rouvrir les plaies de la guerre civile et la question de la filiation ? Deux femmes Janis (Pénélope Cruz) et Ana (Milena Smit) se retrouvent dans la même chambre pour accoucher. Les bébés sont échangés (involontairement ?) et Janis après les doutes de son amant recherche la véritable filiation de son bébé. Almodovar signe là un beau portrait de femmes et pour reprendre une critique du Monde « les films d’Almodovar s’apparentent de plus en plus aux expérimentations d’un grand chimiste qui teste sous nos yeux de nouveaux mélanges ». Ce film explore de nombreuses pistes fort intéressantes qui auraient méritées d’être exploitées plus profondément mais sans être mêlées les unes aux autres : la guerre civile et ses conséquences, l’homosexualité, la filiation. On sent dans ce film le regard affectueux qu’Almodovar porte à ses actrices. Il donne l’impression de laisser les acteurs et actrices l’entraîner vers des horizons inconnus. Almodovar maîtrise parfaitement son art mais il nous laisse un peu sur notre faim.

« Madres paralelas » de Pedro Almodovar, avec Pénélope Cruz, Milena Smit,  Israel Elejalde, Rossy De Palma, Aitana Sanchez Gijon, Sortie décembre 2021, 2h00,  Drame.

Partager sur :         
Retour haut de page