Délicieux

Crim’au soleil

 Nice, sa mafia, ses russes, ses milliardaires. Nice, son carnaval dont la Reine meurt subitement. Nice, métropole qui « attend » la 6G… Dans cette collection de polars nissards, Bernard Delouby nous concocte ici un suspense sur fond de 5G et 6G, d’hypersensibilité, de désordres mondiaux et de résistances quotidiennes. D’interrogations aussi. En ces temps de pandémie, il ne manque pas de lanceurs d’alerte sur les méfaits de l’excès d’ondes magnétiques. Pas sûr qu’ils, elles, soient tous des « amishs », comme dirait l’autre écolo retro… Ce roman ne masque pas les redoutables enjeux, financiers et techniques, les manœuvres de haut vol et de bas étage, que se livrent les quelques grands comptes du numérique. L’intrigue bien ficelée nous amène derrière le détective Garri Gasiglia dans le pays niçois d’aujourd’hui, avec des humains cabossés et des petits matins glauques, sans que la tendresse n’ait jamais renoncé à s’inviter. Tout magnétique qu’il soit ce crime au soleil a des langueurs qu’on apprécie, à l’instar d’une collection jusqu’ici fort réussie.

Patrick Vassallo

 Crim’au soleil, Bernard Deloupy, Gilletta – Nice matin, 2020, 222 pages, 9,50€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image