Culture.

PArce qu’on ne peut pas s’émanciper sans aile !


Le théâtre-forum : une invitation au mouvement pour contribuer au changement

Le théâtre-forum : une invitation au mouvement pour contribuer au changement

« Tous les êtres humains sont des acteurs (ils agissent !) et des spectateurs (ils observent). Nous sommes tous des spect-acteurs. » Augusto Boal

Derrière le mot théâtre peuvent se dessiner de multiples représentations. Des personnages s’animent, des plus classiques aux plus déjantés, et se mettent en jeu dans des lieux plus ou moins éclairés. Rattaché au mot forum, le théâtre s’ouvre sur la place publique.

A l’origine était A. Boal

Le théâtre-forum est un outil social et participatif, qui facilite l’implication et la mise en lien par le mouvement. Augusto Boal, homme de théâtre social et politique brésilien (1931-2009) est à l’origine des différentes formes du Théâtre de l’Opprimé aujourd’hui pratiquées à travers le monde entier.

A. Boal s’était engagé dès les années 60 à lutter contre les injustices sociales dont il était témoin dans son pays. Il mettait en scène des pièces qui dénonçaient et invitaient à la révolte, pour aller les jouer devant les populations opprimées. Après une rencontre marquante avec un paysan, il réalise que les comédien.nes ne courent en réalité pas les mêmes risques que les personnages qu’ils jouent. Qui sont-ils alors pour donner des conseils à appliquer hors scène ?

Exilé au Pérou au début des années 1970 suite au coup d’état et à la mise en place de la dictature militaire au Brésil (1964-1985), Augusto Boal développe alors la « dramaturgie simultanée ». Cette nouvelle forme de théâtre consiste à présenter une pièce qui raconte un problème. Le jeu s’arrête avant de trouver une solution et les comédien.nes improvisent sur les conseils des spectateurs. De là naîtra le théâtre-forum, où le spectateur devient spect-ACTEUR et où il monte lui-même sur scène pour agir directement dans la situation.

Du théâtre de l’opprimé au « théâtre-forum de la complexité »[1]

Le théâtre-forum puise dans ses racines cet élan qui en fait un outil au service des opprimés, pour lutter contre l’oppression. Sa construction nécessite alors d’identifier qui est l’oppresseur, qui est l’opprimé. Le théâtre-forum de la complexité s’intéresse au fonctionnement du système dont nous faisons partie en tant qu’individus reliés et auquel nous contribuons à notre façon.

En donnant à voir ce système, le théâtre-forum de la complexité invite alors tout un chacun à se questionner sur sa place et son rôle.

1,2,3, action !
Chaque séance commence par un petit échauffement collectif, avant d’aller à la rencontre des personnages qui vont vivre sous nos yeux une situation problématique. La courte saynète d’une dizaine de minutes se termine mal. C’est alors au public d’intervenir ! D’abord pour partager ce que nous avons vu, puis pour proposer et venir explorer sur scène des pistes d’action et d’amélioration de la situation.

Un outil de réflexion collective tout terrain

L’équipe de CoTéAct[2] constituée autour d’Anne Berchon, formatrice, comédienne et facilitatrice en théâtre-forum de la complexité, intervient auprès de collectifs d’acteurs pour ouvrir des espaces d’expression, de réflexion et d’action collective.

La saynète « La tête dans le guidon », jouée le 19 janvier 2023 à La Carmagnole (Montpellier), met par exemple en scène un élu, une représentante d’association, un petit porteur de projet et deux habitant.es usagers. Comment faire émerger la confiance entre ces différents acteurs qui agissent et gravitent autour d’un projet de Tiers Lieu ?[3] Autre exemple : la scène « Cannabis, plaisir et dépendance », a déjà été jouée dans 12 centres pénitentiaires pour réfléchir collectivement aux ressources d’accompagnement face aux addictions, en détention et après.

Qu’il s’agisse d’interventions auprès de jeunes ados, de professionnels, de détenus ou de citoyens, (se) mettre en action et contribuer au changement nécessite du temps. Il n’existe heureusement pas de solution toute faite. Le théâtre-forum permet d’ouvrir des espaces de parole de qualité, de relier les participant.es et d’initier ou de nourrir la réflexion pour favoriser le changement. Ce qui est certain, c’est que nous avons toutes et tous un rôle à jouer !

Mathilde BOUCHER

Comédienne et facilitatrice théâtre-forum, membre de l’équipe de CoTéAct


[1] Forme développée et formalisée par Anne Berchon et François Bousquet. Théâtre-forum de la complexité. En mouvement, entre soi et le monde, Editions Chroniques Sociales, 2021

Partager sur :         
Retour en haut