Horizons d'émancipation

Territoires et alternatives démocratiques

Prologue

L’organisation actuelle des territoires masque la mise en place de nouveaux pouvoirs  plus  difficiles à identifier et de plus en plus à l’abri des exigences des citoyens : les Communautés de Communes se substituent aux municipalités, les « Métropoles » captent l’essentiel des moyens financiers, des équipements, au détriment des villes moyennes, des banlieues ou des zones rurales, L’État se réduit au Président de la République et à son entourage, les Commissions non élues de Bruxelles où des pouvoirs d’intervention des milieux financiers (type Ceta) se mettent en place au détriment du suffrage universel. Des mobilisations se développent pour maintenir des emplois, des services publics, des luttes acharnées sont menées remportant des succès inestimables contre des projets écologiquement et socialement désastreux, tout particulièrement des grands projets inutiles. Mais ces résistances ne sont pas encore à la hauteur du changement systémique du capitalisme, proprement catastrophique à l’échelle locale comme à l’échelle globale. Il y a donc une urgence majeure à mettre la question territoriale au cœur de nos réflexions et de nos mobilisations, et traduire cet enjeu anthropologique fondamental par de nouveaux défis politiques.

Voir tous les éléments du dossier « Territoires et alternatives démocratiques » :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image