Esprit de suite

La retraite, à nous de décider !


La retraite à points, c’est l’individualisation des droits, sans garantie collective. Au contraire, nous voulons un système universel basé sur la cotisation sociale et aligné sur le meilleur d’aujourd’hui. Finissons-en avec toutes les exonérations de cotisations accordées aux employeurs, augmentons les salaires et le taux de cotisation pour faire face aux nouveaux besoins de financement. C’est possible, le déficit annoncé (et par ailleurs contestable !) des régimes de retraites en 2020 c’est 7 milliards d’euros, les dividendes versés aux actionnaires en 2019 c’est 60 milliards d’euros. Reprenons la gestion de la sécurité sociale pour empêcher l’État et le patronat de pomper dans les caisses. 

C’est le fruit de notre travail, c’est à nous (ici) de décider !

9 Replies to “La retraite, à nous de décider !

  1. La situation contemporaine est très différente de celle de 1968. Ainsi, profond par les couches sociales concernées et novateur par sa durée, rappelant les Jacques (Noiriel)ce mouvement des G.J a précédé cette grève. (doit-on dire cette grève ou, mieux, « ces grèves »?) t présente le « danger » de remettre en avant, e la bataille, la classe ouvrière dans son sens du XXI ème Siècle, donc tenu pour très dangereux pour les laquais de B. Arnaud! Mouvement extrêmement large, constamment réduit par des médias dont le ton, quasi injurieux, rappelle celui des Emigrés de Londres ou de Coblence, en 1790. Ces « Grèves » rappelle donc ce que les privilégiés, la classe dominante symbolisée par BERNARD ARNAUD, veut gommer: Les grèves touchant différents secteurs, diverses couches, notamment les plus « abstentionnistes » mises en branle, par les GJ, dans leur extrême diversité politique de départ restent, néanmoins, dans la réserve: c’est LA planche de salut des macroniens. A l’appui l’approche bdes élections prochaines abordées dans un esprit organisationnel décati. Heureusement le mouvement de ces grèves refuse tous compromis, « réformistes « inclus.

  2. Aujourd’hui nous combattons pour un choix de société qui place l’humain au Coeur du devenir sociétale
    Nous ne donnons pas le même sens au mot « réforme  » pour nous ce mot veut dire progrès, alors que pour les macroniens ça veut dire régression.
    Alors tous en lutte
    D.Pradignac

  3. Il est plus que tant que la farce autour des cotisations patronales cesse.
    l’entreprise ne paie aucune cotisations sociales. L’intégralité des cotisations sont ce qu’il convient de nommer le salaire indirect ou plus joliment le salaire socialisé du au salarié.
    L’entreprise serre de boite aux lettres entre le client final et l’état pour la perception de la TVA, entre le salarié et l’état pour la collecte de l’impôt à la source, mais également entre le client final et l’Urssaf pour la collecte des cotisations sociales.
    Le chiffre d’affaire d’une entreprise est composé des achats intermédiaires plus la plus value. Cette dernière est uniquement le fruit du travail. e salaire global ou super-brut est un des composante de la plus-value, et de fait appartient au seul salarié.
    Cette fiction de la cotisation patronale a deux conséquences principales,. La première étant que les patrons n’ont strictement rien à faire au conseil d’administration des différentes branches de la sécurité sociale.
    La seconde conséquence est que l’état n’a aucun droit sur les cotisations et surtout celui d’en rétrocéder une partie substantielle (90 milliards en 2019) aux entreprises sous forme d’exonérations de cotisations patronales, qui je le rappelle n’existent pas.
    Ces 90 milliards (chiffre de la Cours des Comptes) deviennent de la marge, alors que leur destination normale devrait être l’Urssaf.
    Quand tout le monde aura compris cette évidence, chacun comprendra qu’il n’y a aucun problème de financement de la retraite, du chômage, de la maladie, etc.

    1. Je suis très heureux de trouver enfin des citoyens qui revendiquent le rétablissement (non la mise en place) de l’élection des Administrateurs des membres du C.A de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie,au suffrage UNIVERSELS des cotisants, apprentis INCLUS, tels que cela s’est pratiqué effectivement jusqu’en 1983? depuis 1946. A ma connaissance, ces élections n’ont jamais été supprimées, elles ont simplement cessée d’être organisée dans un silence de plomb des syndicats et, plus grave, ….de la gauche Plurielle, ni, encore moins, de Hollande & Co. Pourquoi ce silence prolongé? Enfin ne nouveau évoqué?

  4. Avec mes 29 ans de retraite active je ne me sens aucunement coupable de coûter cher à la société ; j’assume et suis fière de participer à des mouvements émancipateurs en tous points nécessaires pour tendre vers des progrès humains dignes de ce nom .

  5. Je suis en retraite, et il est un détail que ni les patrons, ni les travailleurs ne semble approcher qui est celui de la participation de tous les retraités.
    Par ce plus, limité à 1 ou 2 euros dans les premiers montants, arriverait à 10% dès 5000€ / mensuel/ couple. Ce plus permettrait une retraite dès 58 ans environ, donc une quasi-disparition du chômage
    – nota, auprès de TOUS mes patrons, je me considère ni  » employé  » ni  » salarié  » mais  » productif  » ce qui me donne immédiatement un plus grand pouvoir auprès de lui. –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *