Un cinéma qui s’inspire de la vraie vie, celle des jeunes autistes diagnostiqués comme des cas complexes et celle des travailleurs sociaux qui tentent de rendre possible pour ces jeunes une vie en société. Vincent Cassel et Reda Kateb jouent de manière très juste un duo de travailleurs militants, prêts à prendre des risques dans une société où la tendance à vouloir enfermer les fous pour se protéger prend le dessus :  recruter des jeunes de banlieue et les former comme référents, continuer même si le financement n’est pas assuré, même si l’IGAS enquête et menace de fermer  l’association. Continuer, parce que sinon, l’alternative pour ces jeunes, c’est la double peine ; l’enfermement et la régression. Ces jeunes autistes qui dans le film sont acteurs de leur propre rôle, nous interpellent sur nos propres représentations de la norme…

Un film touchant, drôle et plein d’espoir.

Sylvie Larue

Partager sur :         
Retour haut de page