Madrid, la guerre d’Espagne. Survivre. Au quotidien. Au minimum. Trop de bouches à nourrir. Trop d’hommes en prison. Les républicains, communistes, anarchistes, … Et la victoire franquiste. Toute une tranche d’Espagne dans cet imposant volume d’Almundena Grandes, madrilène, prix Méditerranée 2008, qui livre un demi siècle de roman historique, un tableau de ces femmes et hommes qui firent la Républicaine espagnole –et pour quelques uns le franquisme- centré sur les faits du quotidien.

Les trois mariages de Manolita marquent trois moments de cette « saga » autour desquels s’organise cette fresque que la montée de Vox, néofascistes, en Espagne remet en actualité.

Trop d’enterrements aussi ; et parfois très tard. L’oubli est parfois mortel.

On lira avec attention la note de l’auteure qui conclut l’ouvrage.

Patrick Vassalo

Les Trois mariages de Manolita, Almudena Grandes, éditions JC Lattès, 2014, 729 pages, 24,50€

Partager sur :         
Retour haut de page