Horizons d'émancipations.

Une série de dossiers. pour mieux (se) comprendre.

« Je suis social-démocrate » 

F. Ruffin n’ayant pas pu répondre à notre sollicitation alors que sa contribution au dossier nous paraissait tout à fait judicieuse, nous tentons de le faire parler à partir de son article dans l’Obs. « je suis social-démocrate » et de son ouvrage « je vous écris du front de la Somme ».

Que signifie être social-démocrate pour lui ? « Le social ce n’est pas la précarité du travail ni la modération salariale et la démocratie ce n’est pas s’asseoir sur les 55 % de Français et 80 % d’ouvriers qui ont voté contre le traité européen en 2005 » … 

Être social-démocrate c’est « se concentrer sur la valeur travail donner du sens et du contenu au travail ». Les gens aiment leur métier mais pas la façon dont on les fait  travailler ; il faut tuer le système « concurrence croissance mondialisation ».

Son projet est de « faire gagner les gens … » et  « d’améliorer leur existence »   la question est ce que cela signifie « notre peuple est un malade en convalescence démocratique, politique, et économique gangrené par la résignation » ?

 En se référant au rapport EHREL qui repère 17 métiers et 5 millions de travailleurs de « 2eme ligne » qui ont des contrats courts, des horaires impossibles et une pénibilité sans pareille, F. Ruffin propose de » renouer avec le mouvement ouvrier » et de défendre la valeur travail. Ce qu’il développe dans son ouvrage « Je vous écris du front de la Somme » s’appuyant sur « une enquête de rue » dans laquelle les citoyens du Nord, notamment les classes populaires défendent le travail (contre l’assistanat et les « cas soc ») qu’ils estiment mal considéré par la gauche. « Moins de concurrence, plus d’entraide, moins de croissance plus de partage et plus de protection » écrit-il. 

Extraits de l’interview de François Ruffin dans le Nouvel Obs. du 10 novembre 2022

Partager sur :         
Retour haut de page