Le festival de  musique ancienne de Saint-Savin naissait en 2007 pour faire connaître la musique « du baroque au romantisme sur instruments d’époque ». Il est en outre  une réalisation humaine très précieuse. Qu’on en juge !

Il est né dans les Hautes-Pyrénées, dans la très petite commune de Saint-Savin comme Maryse Carlin. Musicienne française vivant aux Etats-Unis, elle est claveciniste, pianiste, directrice artistique du “Kingsbury Ensemble” Elle est cofondatrice du “Festival de Musique Ancienne de Saint-Savin”.

Saint-Savin est une petite commune du Lavedan de 3,68 km2  peuplée de 380 habitants.

Pour que vive et grandisse le festival il fallait de la complicité populaire. Chose faite dès la 1ère année, ce sont des habitants de Saint-Savin qui hébergent les musiciens venus des Usa, de Hollande d’Espagne, du Québec, de Cuba, du Brésil, ou de Bayonne …

Complicité encore avec le coup de main de spectateurs solidaires qui prennent en charge bien des aspects matériels de l’organisation des soirées. Petit festival aurait pu grandir en dévalant la montagne, s’installant à Lourdes ou bien à Tarbes, caressant l’espoir de recettes miraculeuses. Il n’est pas né pour cela. Il grimpe les routes des montagnes du Lavedan, s’installe dans ses églises met en valeur son patrimoine architectural peu connu.

Le festival de Saint-Savin à l’audace en bandoulière. Il n’a pas choisi d’offrir les partitions d’un baroque, certes libéré de la guerre des baroqueux, mais souvent un brin aguicheur et prometteur de recettes. Au contraire Saint-Savin s’affirme haut et fort « Festival de musique ancienne ». En ce sens il s’efforce depuis 15 ans de faire entendre ce passé historique qui s’étend sur la longue période d’épopée de la musique et de l’opéra. La musique ancienne couvre la période qui va du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XVIIIe. C’est une musique en mouvement qui va de la musique médiévale à la musique baroque en faisant halte à la musique de la renaissance. Durant ces deux siècles apparaissent les premières notations musicales avec l’apparition des solfèges et des premières partitions c’est aussi une musique très européenne qui naît dans ce que furent les régions de l’ancien empire romain. Néanmoins le festival de Saint-Savin offre aussi les musiques de l’Europe qui  se frottèrent au Nouveau Monde. C’est ainsi qu’il a eu l’audace d’une soirée théâtre, musique et conférence quant au Chevalier Saint Georges. Il y eut la surprenante soirée chocolat. Le public a découvert la musique espagnole comme on la jouait durant la conquête de l’Amérique. Le concert a été doublé d’une conférence sur l’histoire du chocolat vieille de 5300 ans. La conférence était accompagnée de dégustations d’excellents chocolats de production locale.

Cette année encore, audace avec la soirée de « la Sarzuela Espagnole » chantée par la soprano Lina Marcela Lopez et où les musiques convoquées permirent d’entendre  Jean-Sébastien Bach, en conférence avec José de Nebra, Jose Torres, ainsi que Luigi Boccherini. Audacieux festival !

Catherine Destom-Bottin, Daniel Rome

(photos : © franck brouillet)

Partager sur :         

Laisser un commentaire

Retour haut de page