Forum

Et quand la guerre sera finie?

Les récits sur les opérations de guerre, sur la résistance ukrainienne à l’attaque russe ne manquent pas. Sur l’aide concrète et la solidarité au peuple ukrainien non plus, ni sur les positionnements en France et dans le monde. Mais, en Ukraine même, comment la population vit la guerre, mais comment aussi subit-elle les choix du pouvoir ukrainien, comment envisage-t-elle la suite? Deux exemples : avec un article de Vitali Dudin, responsable syndical; avec une interview de Katya et Maxim, étudiants à Lviv.

La reconstruction de l’Ukraine doit profiter à la population…

mais l’Occident a d’autres idées

par Vitaliy Dudin , animateur de l’organisation ukrainienne Sotsialniy Rukh (Mouvement social), écosocialiste, féministe et internationaliste.

De hauts responsables ukrainiens et occidentaux se réunissent en Suisse cette semaine pour discuter  de la reconstruction du pays. La conférence sur le redressement de l’Ukraine, qui se tient à Lugano, a  pour but de réunir le gouvernement et les entreprises pour discuter des investissements et des réformes nécessaires pour les soutenir. La guerre de la Russie contre l’Ukraine n’a pas seulement fait des milliers de morts et de déplacés, elle représente un défi extrême pour le développement économique de l’Ukraine. Et ce sont les travailleurs qui en supportent le coût. (lire la suite)


Étudier en Ukraine

 « Il nous faut reconstruire en Ukraine un syndicat étudiant de gauche »

Entretien avec Katya et Maxim étudiants ukrainiens.

Katya et Maxim, vous êtes étudiants à Lviv. Katya à l’Académie des Arts et Maxim en informatique. Dans l’appel à la solidarité avec les étudiants ukrainiens que vous avez lancé, vous évoquez le problème du logement des étudiants. À cause de la guerre, les étudiants n’occupent plus leur logement et ils doivent le payer. Pouvez-vous nous donner des exemples ?

En Ukraine, les étudiants peuvent vivre dans des dortoirs d’État à proximité de leur université. Les frais de logement sont relativement faibles (150 à 300 euros pour six mois), mais même en temps de paix, leur coût était insupportable pour les étudiants qui ne recevaient pas plus de 50 euros de bourse par mois. La plupart des résidents des dortoirs venaient généralement de l’est de l’Ukraine où leurs familles vivaient dans les territoires occupés. Pour certains de mes amis, étudier à l’université était le seul moyen de quitter la république populaire de Donetsk ou la république populaire de Lougansk, car l’État pouvait leur fournir un logement et des moyens de subsistance minimaux. (lire la suite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


CAPTCHA Image
Reload Image