Délicieux

L’autogestion, un impératif pour la démocratie

 

Pour l’équipe de Cerises, l’autogestion est un projet politique qui nous parle. On pourrait même dire que nous sommes de fervents militants de l’autogestion. Donc c’est avec un plaisir non dissimulé que nous présentons le livre de Gilbert Dalgalian. Ce livre est composé de deux grandes parties : l’acquis et le potentiel et Impasses, Défis, Issues.

Le livre a connu une première édition il y a 8 ans et l’auteur explique les raisons de rééditer ce livre : « des passages ont perdu en actualité mais le pronostic se confirme et s’aggrave….tous les feux sont au rouge : la destruction de l’environnement et du climat ; l’impasse d’un capitalisme en peine de nouvelles expansions, dont le seul horizon est de s’attaquer aux services publics, aux retraites et au niveau de vie …et la perte de démocratie ». Livre d’une grande actualité au vu des lois en discussion au parlement visant à restreindre les libertés publiques.

L’auteur, comme d’autres auteurs-es qui se sont exprimés-es dans Cerises, tire la sonnette d’alarme. La crise climatique est là et fait déjà des ravages. Mais comment renverser l’ordre des choses, comment construire un rapport de forces qui inverse les tendances funestes pour la planète et l’humanité toute entière ? Il est dit p. 40 que : « notre paradoxe de Sapiens c’est notre capacité à produire aussi bien notre extinction que notre survie ». Une première partie du livre porte sur l’état des lieux et les relations entre l’homme et la nature et surtout comment les Hommes ont surmonté d’énormes difficultés et impasses en coopérant avec les autres. Un clin d’œil au moment où des milliers de migrants sont rejetés à la mer, au moment où la tendance est plutôt au repli identitaire. Rendre la planète habitable c’est inverser le cours des choses et associer l’ensemble de l’humanité à un projet collectif à condition de repenser la démocratie et donc les prises de décision. La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux défis et aux alternatives possibles. L’éducation et la transmission occupent une large place car n’oublions pas que G.D a aussi été enseignant et directeur pédagogique de l’alliance française. Il s’interroge sur la démocratie, son avenir ? (p 125)  Il parle de nivellement totalitaire avec une analyse très fouillée des remises en cause de la démocratie dans les grandes puissances industrielles. Les derniers chapitres évoquent le champ des possibles d’une société autogestionnaire.

Un livre passionnant, un livre qui convoque diverses sciences sociales et qui porte un regard lucide et optimiste pour construire le monde de demain.

Daniel ROME

« L’autogestion, un impératif pour la démocratie » Gilbert Dalgalian – 240 p- 23,50€ EDITION L’Harmattan. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image