Deux coopératives d’intermittent.e.s, organisées sur le modèle des coopératives d’activités et d’emploi, ont lancé une pétition afin de défendre leur existence.

Pôle Emploi a en effet communiqué qu’à partir du 1er octobre les membres de ces CAE, intermittents du spectacle, n’auront plus droit aux allocations chômage. Certes il existe beaucoup de flou (parfois bien entretenu) autour de la définition d’un intermittent du spectacle, et la structure « coopérative d’activités et d’emploi » reste mal connue. Mais le fait est que, dans l’immédiat, sont mis en cause les droits à l’assurance chômage pour 4000 intermittent.e.s du spectacle membres de ces deux coopératives.  Or la coopérative d’activités et d’emploi est un modèle alternatif au salariat classique et à l’auto-entrepreneuriat ; ici  s’inventent des formes de coopération et mutualisation qui émergent dans les « zones grises des relations de travail et d’emploi ».

ICI le lien pour signer la pétition 

Partager sur :         

Laisser un commentaire

Retour haut de page