Horizons d'émancipation

Gare du Nord : Non à un projet pharaonique et obsolète

Dossier « Territoires et alternatives démocratiques« 

« L’organisation actuelle des territoires masque la mise en place de nouveaux pouvoirs  plus  difficiles à identifier et de plus en plus à l’abri des exigences des citoyens… » (lire ici la suite du Prologue au dossier « Territoires et alternatives démocratiques »)

Un collectif se met en place pour une alternative innovante. Extraits de l’appel :

[…] Non à la financiarisation des services publics ! Non à la sur-densification et aux mégaprojets urbains ! Non au consumérisme et à la marchandisation généralisée de la ville ! Oui à un pôle intermodal métropolitain de haute qualité environnementale et d’usage ! Oui à une gare partie intégrante du quartier et à une gare au quotidien pour les voyageurs et voyageuses du nord de l’Ile-de-France ! Oui à la préservation et à la mise en valeur d’un patrimoine ferroviaire !

Au terme de 5 ans d’études, un projet pharaonique de transformation de la Gare du Nord a été rendu public en juillet 2018 […] il fait de la modernisation nécessaire de la plus grande gare d’Europe une opération de promotion immobilière et commerciale sans rapport immédiat avec la fonction initiale d’une gare. Le projet ne prend pas en compte la réalité des quartiers environnants et les besoins de transports et d’usage des métropolitains. Pour réaliser des travaux estimés à 600 millions d’€, une société d’économie mixte « à opération particulière” (SEMOP) a été créée. Elle a organisé un concours auprès d’investisseurs et choisi la proposition de Ceetrus, filiale du groupe Auchan (qui détiendra 64 % du capital de la Semop).

Il s’agit de construire 50 000 m2 de surfaces supplémentaires dans la gare dont un centre commercial de 20000m2, des équipements privés de sports et de loisirs, et des bureaux. La SNCF souhaite livrer la gare rénovée pour les JO de 2024. Ce projet, élaboré dans le plus grand secret, sans aucune concertation avec les acteurs concernés […] n’a cessé de susciter craintes, interrogations et oppositions formellement formulées et transmises par les acteurs concernés […]

Face à cette situation, depuis septembre 2019, des voix multiples se sont élevées – experts, associations, syndicats de salarié.es, la ville de Paris, des élus de banlieue – pour dénoncer : une grave erreur urbaine et patrimoniale, un mépris des salarié.es et des usagers de tous les transports en commun, un programme commercial surdimensionné inacceptable, une complication de l’organisation de la circulation des voyageurs et de l’accès aux trains, une accélération de la privatisation de l’espace public des gares, une concurrence déloyale avec les commerces des villes de banlieue nord.

Ce collectif a lancé maintenant l’installation d’une conférence citoyenne sur le sujet avec une réunion le 11 décembre à l’AGECA
contact@retrouvonslenord.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *