Editorial

Désobéissance civile…

Mois de mai 2019, au risque du licenciement, deux  salariés d’un hypermarché de Saint-Malo, 8 et 18 ans d’ancienneté,  refusent de venir travailler le dimanche.

Ça se passe au congrès de la CFE-CGC à Deauville, les 9 et 10 octobre derniers. Les élus du syndicat mettent en lumière le refus « de plus en plus systématique des collaborateurs et des salariés de devenir… cadre ! »

15 août 2019, la presse française rapporte  qu’aux États-Unis, plus de 600 salariés  de Google ont signé une pétition contre la candidature de leur entreprise à un appel d’offres de l’Agence des douanes et de protection des frontières. Cette protestation  intervient quelques jours après un nouveau durcissement de la politique migratoire de Donald Trump. Ils affirment « L’histoire nous le montre : il est temps de dire ‘NON’ maintenant. Nous refusons d’être complices »,

Seine Maritime, l’incendie de  Lubrizol se déclare dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 septembre. Le jeudi 27 le ministre Blanquer, brave les craintes des habitants, annonce la réouverture des établissements scolaires pour le lundi 30. Néanmoins les enseignants de trois écoles refusent d’ouvrir, faisant valoir leur droit de retrait pour danger grave et imminent.

Rennes : Ils refusent d’être professeurs principaux pour protester contre les réformes Blanquer

Rennes toujours, c’est le premier jour du brevet, des enseignants ne surveilleront pas les épreuves,  pour protester contre la loi Blanquer. Dans la même ville 45 professeurs sur 80  du lycée Descartes présentent leur démission de leur fonction de professeur principal, suivant un mouvement débuté dans l’académie de Toulouse. Enfin on se rappelle les dizaines de milliers d’enseignants contestataires qui retiendront plusieurs jours leurs copies corrigées du bac. De l’autre côté de la mer, le collectif « Zéro chlordécone*, zéro poison » appelle la population à la désobéissance civile, en refusant de payer les factures d’eau en même temps qu’il  réclame l’installation de filtres à charbon aux robinets, la mise à disposition de bouteilles d’eau potable, un test de dépistage gratuit, et un état des lieux de la qualité des eaux, avant 2020. Ce sont encore des policiers qui, individuellement, observent l’appel de CGT-police à se faire porter pâle tous les samedis pour ne pas taper sur les gilets jaunes.

De quoi nous parlent ces actes où les individus s’engagent « individuellement ». Ce sont des actes avec ou sans suite, que l’on enclenche pour soi-même. On manifeste de l’indépendance à l’égard de l’autorité.  On se récupère en témoignant à soi-même de son humaine non-dépendance. Indépendance ? Pas seulement. Elles et ils désobéissent et ça fait du bien à la démocratie. Le refus d’obéir appelle l’extension des droits et des libertés dont la société a soif. On ne désobéit pas parce qu’on ne peut plus faire autrement ; au contraire, on commence tout de suite à faire autrement quand on désobéit.

Catherine Destom Bottin

* Chlordécone voir cerises juin 2019

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *