4ème de couv'

Trésors de Banlieues

La banlieue est un paysage qui a de la gueule. Il y a des perspectives, des lignes de fuite. L’œil a de quoi être nourri » Pierre Jolivet

« Trésors de Banlieues » une exposition consacrée à l’art en banlieue est à Gennevilliers jusqu’au 30 novembre[1]. Tout d’abord le lieu : un ancien marché couvert sous la grande halle des Grésillons construite par l’architecte Claude Vasconi dans cette banlieue industrielle. Ville dirigée par un maire communiste depuis 1935 Gennevilliers possède la plus grande zone portuaire de l’Ile-de-France. Cette exposition a pu voir le jour grâce à la participation d’une cinquantaine de villes et l’aide de l’académie des banlieues[2]. Les relations entre l’art et la banlieue ne sont pas nouvelles. Dès le 19ème siècle un grand nombre d’artistes se sont intéressés à la banlieue comme Monet, Sisley ou Van Gogh. Au 20ème siècle les photographes et les cinéastes se sont aussi beaucoup intéressés à la banlieue, cadre de vie populaire montrant ainsi les bords de Marne, les vieux immeubles sans confort, les usines et les bidonvilles comme des lieux attachants loin des clichés négatifs voire sordides. Oui les banlieues sont aussi des lieux de création et en 1992 à l’initiative de Jack Ralite et Alain Bertho se sont tenus les états généraux de la banlieue avec pour thème : « Que veulent les banlieues ?  TOUT ». L’exposition nous donne à voir ce foisonnement multiple pour partie grâce aux politiques culturelles menées depuis un siècle par des mairies communistes ou socialistes.

Mise en scène originale, nous rentrons dans une grande halle et les œuvres sont exposées dans des conteneurs rouges pour nous rappeler la proximité de la zone portuaire. On retrouve de la peinture, de la sculpture, des photos, des affiches, des maquettes et aussi de la BD. A côté des grands noms comme Caillebotte, Calder, Sonia Delaunay, Chagall, se côtoient des artistes moins connus comme Victorine Meurend, et aussi des  anonymes. Trésors de banlieues met en lumière cette fibre culturelle et humaniste d’un grand nombre de villes de banlieues où se cachent parfois des trésors.

Comme disait le  chanteur de rap Joey Starr : « La banlieue c’est comme un sac à dos. Ça ne vous quitte pas comme ça ».

Daniel Rome


[1] https://tresorsdebanlieues.com/exposition/

[2] http://www.academie-des-banlieues.fr/presentation/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *