Notes d'actualité

Affaire Legay : quand un gendarme désobéit…

On se souvient de la manière sauvage avec laquelle Geneviève Legay, militante d’Attac et d’Ensemble, a été brutalisée par les « forces de l’ordre ». Dans un rapport révélé par Mediapart, il est rappelé qu’à Nice, le capitaine commandant l’escadron avait décidé, fait particulièrement exceptionnel, de ne pas engager ses hommes dans une opération impliquant l’usage de la force. 

Le général de gendarmerie Cavallier, ancien commandant du Centre d’entraînement des forces de gendarmerie de St-Astier, précise : « il existe des dispositions du code pénal et du code de la sécurité intérieure qui encadrent l’usage de la force. Et si cet emploi n’est pas justifié, il est illégal. Le libre arbitre est primordial et c’est la raison pour laquelle il existe le devoir de désobéir ».

« À Nice, ce devoir de désobéir a été exercé par le capitaine qui commandait l’escadron malgré la pression », commente le général Cavallier. « Il a fait preuve de courage intellectuel et d’esprit de responsabilité en ne participant pas aux opérations décidées par le commissaire ».

Pierre Zarka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *