Notes d'actualité

Médicaments : Un bien commun ?

par Danielle Montel

7-Daniele-Montel-B

Salariés de l’industrie pharma, chercheurs, retraités, écrivains-journalistes, professionnels de la santé, sociologues…nous avons mis ensemble notre ambition d’arracher les pouvoirs de décisions pour répondre aux besoins universels  en santé.

Nous la mettons à la disposition de tout(e)s dans un “manifeste pour l’approppriation sociale du médicament”  que chacun(e) est invité(e) à visiter et à partager sur le site[1].

cropped-médocs_20131018_002

Une marchandisation accélérée de la santé à l’échelle du monde portée par les ambitions de pouvoir et de richesse de quelques milliers d’individus  très fortunés attaque les conditions de vie et la vie même de milliards de femmes et d’hommes de la planète.

Il y a urgence de rompre avec cette marchandisation renforcée.

Les  multinationales de l’industrie pharma disposent d’une arme puissante, le brevet. Il leur confère le monopole de décision, de choix, d’exploitation des médicaments, la possibilité de s’assurer des marges considérables, dans une logique de valorisation financière maximale, au détriment des besoins réels de santé des populations. Il est urgent de faire valoir d’autres valeurs, celles de solidarité et d’universalité fondatrice de nos systèmes de santé. Il est urgent d’arracher le pouvoir à une infime minorité d’actionnaires et décisionnaires, pour que les médicaments de bonne qualité et bien utilisés soient disponibles pour tous et répondent  aux besoins de milliards d’humains.

Pour un monde de progrès, de solidarité, de coopération, de fraternité et de liberté , le droit à la santé de tous, l’égalité d’accès aux médicaments sont  indispensables  et impliquent, une appropriation collective et démocratique des peuples, de toute la chaîne de santé, (recherches, production industrielle, distribution, contrôle) dans chaque pays et à l’échelle planétaire.

Danielle Montel

 

 

[1] www.medicament-bien-commun.org

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *