Horizons d'émancipations.

Une série de dossiers. pour mieux (se) comprendre.

Partis et dépendances : le bazar ou les soldes ?

NPA, EELV, LFI, PS, Génération·s, PCF, trois caractéristiques émergent de ces congrès :
La crise est au rendez-vous, avec son cortège de noms d’oiseau et de clivages exacerbés.
Les questions de fond sont souvent brumeuses ou inaudibles alors que (dé)personnalisation et mouvements de pré-carrés sont plus que jamais visibles.
Le processus d’éclatement se poursuit. 

Dans la plupart des partis et mouvements de gauche, le rapport à LFI et/ou à la NUPES constitue un point de clivage, l’anti mélenchonisme fait souvent office d’affirmation identitaire. Au PS, au PCF comme au NPA….
Avant ou après les congrès, tentative d’état des lieux. 

À Génération·s, la direction sortante n’est pas reconduite. Une partie des militant·e·s ont failli rejoindre EELV. Les textes en présence pourraient alimenter une lecture virage à gauche contre priorité écolo. Sans doute est-ce réducteur. Et ne rend pas compte des implications des uns et des autres dans des majorités contradictoires. Qu’y a-t-il de commun entre Benoît Hamon, Hanotin et les élues G·s de Saint-Denis, et la nouvelle trésorière nationale élue à l’Ile-Saint-Denis ? 

EELV sort bousculé d’une séquence où la transition écologique n’a guère brillé par ses perspectives et où l’écoféminisme s’est plus déconsidéré que valorisé, hélas !  Opposant·e·s à Delga les EELV sont dans la municipalité PS de Delafosse, ferme soutien de la même Delga et président de Montpellier métropole… La prochaine élection européenne redonnera-t-elle une lisibilité à une formation qui a beaucoup brouillé sa visée ?… 

LFI semble durablement s’embourber dans l’affaire Quattenens, la désignation de Bompard et les remises en cause de son fonctionnement gazeux. La cocotte-minute fait sortir de leurs gonds des figures originales comme Clémentine Autain ou François Ruffin, mais envoie aussi dans une sorte de dissidence des Coquerel, Corbières ou Rachel Garrido considérés jusqu’ici comme proches de JLM. La politique extérieure, l’Ukraine en premier lieu ou l’Afrique (qui valut une belle déclaration franco-nationale à JLM) ne sont pas pour apaiser les tensions. 

Plusieurs collectifs de jeunes FI ont quitté l’organisation ou se sont mis en sommeil. 

Coupé en 2, le NPA cherche son souffle. Les uns pour conforter une affirmation protestataire et fortement identitaire, les autres (beaucoup d’historiques) envisageant un rapprochement dans la sphère NUPES. Dans bien des villes les deux factions ne se retrouvent pas dans les collectifs unitaires contre la réforme des retraites ! 

Au PS, le congrès des 28&29 janvier sera bien pire qu’une pagnolade, tant les plus détestables travers du PS s’étalent sans vergogne, entre potacheries de cours de récréation et traficotages de votes internes. Le tout dans une inconscience totale de la situation du pays réel et de son peuple. Quelques centaines de voix d’avance pour Olivier Faure ne lui laissent guère de marge dans une organisation qui a perdu plus des 2/3 de ses membres…

Au PCF, ‘l’urgence de communisme’ confirme l’importante persistance d’une autre vision politique. Les engagements à géométrie complètement variables de la direction, son illisibilité et son silence dans bien des territoires, la violence du débat interne augurent mal d’une sortie de congrès favorable. 

L’émiettement est donc ce qui caractérise cette série de scissions et de divisions, sans qu’on assiste à des mouvements de rapprochements fussent-ils partiels. Les contacts entre ‘Rejoignons-nous’, Ensemble !, GDS, les unitaires du NPA, et quelques autres invalideront-ils ce constat ? 

Lentement mais (un peu) sûrement, les hérauts d’une social-démocratie rénovée, autour de Carole Delga, Hélène Geffroy et autres François Hollande semblent tabler sur un échec de la NUPES, marginalisant ou éradiquant les « gauchistes », une « islamophobie modérée » constituant une des trames de ce « mouvement ». 

On a sacrément besoin de formuler une visée de rupture avec le capitalisme, de rassemblement populaire de progrès et d’une « intersectionnalité » des luttes et du mouvement de la société. Le fascisme est tapi en attendant les chutes. Inflation, dégradation des conditions de vie et de travail, sobriété austère et aggravation des clivages au sein du ‘peuple’ en rajoutent à l’urgence. L’urgence de l’essentiel. 

Patrick Vassallo

Cet article fait partie du dossier :

Horizons d'émancipation

Fin de partis ? Comment produire de la politique ? Autogérer la société ?

Que penser de la crise des partis et organisations ? Si tous les partis de gauche – même à la gauche de la gauche – sont …

Partager sur :         
Retour en haut