Délicieux.

Articles courts à déguster à tout moment.

Mourir de son travail aujourd’hui

En France, des millions de salarié∙es sont exposé∙es, sur leur lieu de travail, au risque cancérigène. Chaque année, il y a des dizaines de milliers de nouveaux cas de cancer dûs au travail, donc de la responsabilité du patronat. L’amiante bien sûr ; mais pas seulement. De très nombreux métiers sont concernés. Codirectrice du Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origines professionnels en Seine-Saint-Denis, Anne Marchand nous livre ici son expérience auprès de personnes demandant « réparation » ; si tant est que ce terme soit adapté, alors qu’il s’agit d’êtres humains subissant une grave maladie. Faire respecter le droit à indemnisation suite au préjudice subi est légitime ; c’est aussi un moyen pour que le patronat et les pouvoirs publics cessent de minimiser, voire cacher, les risques cancérigènes. Car l’enjeu est aussi là : en finir avec ces agressions patronales que sont les maladies et les morts dues au travail salarié. Rendre visibles ces cancers du travail, c’est aussi participer à rompre avec l’invisibilité des millions de personnes qui font tourner notre société. Un livre utile à tous et toutes, nécessaire aux syndicalistes.

Christian Mahieux

Mourir de son travail aujourd’hui. Enquête sur les cancers professionnels ; un fléau évitable,
Anne Marchand, Éditions de l’atelier, 2022, 23 euros.

Partager sur :         
Retour haut de page