Horizons d'émancipation

Le communisme est la bonne option

Bigger than us

Un film de Flore Vasseur

Avec :Melati Wijsen, Mary Finn, Mohamad Al Jounde, Memory Banda, Rene Silva, Xiuhtezcatl Martinez, Winnie Tushabe.

Depuis 6 ans, Melati, 18 ans combat la pollution plastique qui ravage son pays l’Indonésie. Comme elle, une génération se lève pour réparer le monde. Partout, adolescents et jeunes adultes luttent pour les droits humains, le climat, la liberté d’expression, la justice sociale, l’accès à l’éducation ou l’alimentation. La dignité. Seuls contre tous, parfois au péril de leur vie et sécurité, ils protègent, dénoncent, soignent les autres. La Terre. Et ils changent tout. Melati part à leur rencontre à travers le globe. Elle veut comprendre comment tenir et poursuivre son action. Des favelas de Rio aux villages reculés du Malawi, des embarcations de fortune au large de l’île de Lesbos aux cérémonies amérindiennes dans les montagnes du Colorado, Rene, Mary, Xiu, Memory, Mohamad et Winnie nous révèlent un monde magnifique, celui du courage et de la joie, de l’engagement pour plus grand que soi. Alors que tout semble ou s’est effondré, cette jeunesse nous montre comment vivre. Et ce qu’être au monde, aujourd’hui, signifie.

Je commencerai par la dimension historique, sans doute celle qui m’intéresse le plus. Le communisme, c’est un ensemble d’idées visant à l’émancipation humaine, et leur confrontation à la réalité : celle de la société actuelle, le capitalisme, et des moyens pour la transformer : la « conquête du pouvoir. » Cette dernière est probablement le principal objet de désaccords entre ceux qui se réclament du communisme.

L’analyse critique de tout processus historique est utile. Cependant, ce serait une erreur de laisser le communisme devenir un simple objet d’études, une expérience du passé avec ses bons et ses mauvais points. Sa mise en pratique l’aurait condamnée (en tout cas dans sa version marxiste) à être renvoyé au musée, y compris selon beaucoup d’intellectuels se voulant critiques du capitalisme.

Je m’en tiendrai à deux faits : quels que soient ses échecs, il s’agit du seul mouvement politique qui, au 20ème siècle, a su transformer en profondeur les structures sociales, dans des pays au développement historique et à la culture très divers. Ensuite, les analyses de Marx ou Lénine se révèlent toujours plus actuelles dans notre société mondialisée. Peut-être un point a-t-il été (volontairement?) sous-estimé : la capacité du Capital à s’adapter. C’est ce défi que doivent relever les communistes de 2022.

En quoi mes luttes pratiques et engagements s’y rapportent ? Cette question nous met face à nos responsabilités de militants, car le lien est  rarement évident. Les engagements pratiques qu’on mène, syndicaux et politiques,  pourraient être classées en catégories : les luttes globales défensives (comme le conflit des retraites de 2019) ; celles pour apporter des changements minimes mais concrets (un recrutement en CDI, le versement d’une prime…) ; celles pour obtenir des places institutionnelles et les leviers associés pour agir, à savoir les élections ; l’organisation d’événements pour créer du collectif (fête de l’Huma…). Dans tous ces cas, qui impliquent pourtant de près ou de loin la confrontation avec le Capital, la question du changement de société est peu posée. Par faiblesse structurelle des organisations communistes ? Parce que les capitalistes sont si bien accrochés au pouvoir qu’il semble illusoire de les chasser ? Parce que la routine prend vite le pas sur l’ambition ? Sans doute un peu de tout ça. Voilà pour quoi d’après moi, la lecture et la confrontation d’idée doivent prendre plus de place dans l’action militante.

Ma vision de l’avenir ? Je suis un mauvais devin. Mais je sais qu’aujourd’hui, l’espèce humaine peut construire une société où chacun peut être libre de vivre émancipé, sans se soucier de la famine ou des tigres à dents de sabre. Elle peut aussi, en une seconde, détruire la planète et toute forme de vie à sa surface. Ces options et toutes les intermédiaires sont sur la table, c’est à nous de choisir en adultes. A mon avis, le communisme est la bonne option.

Benjamin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


CAPTCHA Image
Reload Image