Délicieux

Or, encens et poussière

D’aucuns trouveront un poil blasphématoire ce polar italien qui, outre qu’il brocarde la bien-pensance catholique, aborde ici un sujet « angle mort » en Italie, celui des Rroms.

Dans cette plaine du Pô, où l’hiver grisaille et attaque le moral d’un commissaire à l’humanisme secoué et aux amours interrogées, quelle intrigue va-t-elle nous entraîner au bout du suspense ?

Ce petit polar de poche décrit sans excès ni mièvrerie ce morceau d’Italie, ses mœurs communales, ses traditions. La reconnaissance le dispute à l’honorabilité. Les lucioles brillantes de l’Europe « riche » font battre les espérances de celles qui n’ont ni leur famille ni plus grand chose à perdre.

D’un carambolage sur l’autoroute à la dispersion sauvage d’un troupeau de taureaux, un corps brûlé, un camp rom, et Angela. La cour paroissiale n’a qu’à bien se tenir. La morale bien séante veille sur les rues cafardeuses. Quelques autorités n’ont de cesse de voir clos ce dossier par trop dérangeant. De la routine. Comme un râpé de noisettes sur une focaccia piémontaise. Parme dont la couleur ne sied pas toujours quand noir est si sombre.

La petite horreur-surprise de l’espace Schengen n’a pas fini de nous tenir en haleine…

Patrick Vassallo

Or, encens et poussière, Valerio Varesi, Editions Agullo, 2020, 283 pages, 21,50€  Point poche 7,50€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image