Délicieux

On fabrique, on vend, on se paye. Lip 1973.

Des livres, des articles, des réunions sur les Lip, ça va faire 50 ans qu’il y en a ! Certes, mais celui-ci pourrait convenir à deux publics : celles et ceux qui savent déjà tout du sujet comme celles et ceux qui ne savent rien d’une lutte qui date de presqu’un demi-siècle. Ce petit recueil (80 pages en petit format) est le témoignage de Charles Piaget, qui a aujourd’hui 92 ans. Il raconte comment la section syndicale CFDT locale a « osé » des choses, comment les innovations n’étaient pas hors sol car venant des travailleuses et des travailleurs de l’usine, comment les assemblées générales n’étaient pas des meetings mais permettaient bien à chacune et chacun de s’exprimer. Les Lip ont décidé collectivement de faire « ce qu’on n’a pas le droit » : ils et elles se sont saisis des stocks de montres, ont remis l’usine en route pour en fabriquer d’autres, pour les vendre, et pour se verser un salaire. Ce qui s’est fait il y a 50 ans avec des montres est sans doute possible aujourd’hui avec bien d’autres choses ? Oui, mais :« Trop de délégués syndicaux pensent qu’ils ne peuvent défendre les salariés qu’à l’aide des lois. À Lip, à la CFDT, nous nous étions fixé la règle des 90/10 : 90 % de notre temps avec les salariés pour créer une force et 10 % pour étudier les dossiers, rencontrer la direction, etc. »

Christian Mahieux

On fabrique, on vend, on se paye. Lip 1973, Charles Piaget, Éditions Syllepse, Mai 2021, 5 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image