Délicieux

Route 62

Ils sont les dégâts collatéraux du rêve américain. Ancien taulard devenu taggueur, dealer, jeunes perdus dans un ranch isolé qui tient autant de la secte que de la réhabilitation par la terre, sdf qui peuplent Downtown… le double faubourg de l’Amerikke. Quand Tony transgresse sa zone de confort social, toutes ces réalités lui sautent à la figurent, bouleversent sa lecture du monde, déstabilisent ses représentations qui pourraient être les nôtres.

Après « De l’autre côté des docks », paru en 2012, l’auteure nous livre ici cette quête un peu éperdue de la survie, dans les rues crasses des périphéries urbaines, qui ne cache rien des petites solidarités du quotidien, des respects d’un coin où poser ses affaires, des arrangements entre toutes les misères. Et les angles morts, comme le secret de Britt, où se perdent les âmes et les espoirs.

Dans ce roman qui pose un regard lucide sur celles et ceux qui ont raté le mérite américain, que le système confine en ses marges, cette geste peut rappeler le « climat » de John Fante ou Philippe Kerr. On n’y trouvera guère la lueur d’un optimisme. Mais il n’y a pas que pour la mère de Ren pour qui le mois passé à l’hôpital -mois ultime- était un séjour à la mer, plage comprise…

Patrick Vassallo

Route 62, Ivy Pochoda, Éditions Liana Levi, 2018, 350 pages, 22 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image