Délicieux

Les Guérillières

Cinq ans après l’Oppoponax, Monique Wittig nous offre ici un véritable manifeste féminaire, dressant en plusieurs dizaines de tableaux le mouvement d’une libération, d’une prise en main, d’une conquête qui génère un monde nouveau. Elles le disent. Elles. Dans une écriture singulière où ce n’est pas la ponctuation qui rythme le récit mais le phrasé de paragraphes. Une lecture enthousiasmante, pleine de vigueur. Tant d’actualité ! 

Elles disent « qu’elles ont appris à compter sur leurs propres forces » ; qu’il faut avancer ; que la meilleure revanche est d’y arriver. Elles disent ce que coûte l’abnégation, le prix du corps, la tendresse de l’entraide. On dirait se fédérer aujourd’hui. On nommerait communs ce qu’elles font sens. Elles vous invitent à (re)découvrir cette belle ouvrage.

Les guérillières, Monique Wittig, éditions de minuit, 1969, 201 pages, 16,25€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image