Délicieux

J’veux du soleil.

 

Que n’a-t-on entendu au début du mouvement des Gilets Jaunes : des beaufs, des fachos, des casseurs, des antisémites, j’arrête là la liste car trop longue et méprisante pour tous ces invisibles. Un grand nombre de médias et les éditocrates relayés par la droite, les Macronistes, le PS et la CFDT ont abondamment vilipendé un mouvement qui vient des profondeurs de la France qui souffre, qui se prive de tout ou presque, qui se lève tôt et qui ne mange pas tous les jours à sa faim. Heureusement Gilles Perret et François Ruffin[1] sauvent l’honneur. Ils montrent avec tendresse le vrai visage des Gilets Jaunes. Les deux acolytes ont fait une traversée des ronds-points de la Savoie à Montpellier. Des visages, des sourires, de vertes espérances de la fraternité s’expriment tout au long du parcours car ces gens-là, Madame, n’en peuvent plus de cette politique qui les broie. La caméra filme avec justesse et Ruffin questionne, avec pudeur, pour montrer cette France-là qu’on avait oubliée. Cette France qui pense et rêve de révolution, cette France-là nous offre de la beauté et de l’élégance.

 

J’veux du soleil

 

 

Daniel Rome.

[1]              « J’veux du soleil » film réalisé par Gilles Perret et François Ruffin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *