Les habitants de la Chapelle-Neuve  ont découvert sans la moindre information municipale préalable,  que leur  commune devenait le lieu d’implantation d’une unité de méthanisation. Un projet  d’une capacité de 52,7 tonnes de déchets par jour, installé à 400 m de l’école à 200 m du cours d’eau la Sambre, à 30 m de la première maison…

La méthanisation ne réduit pas les gaz à effet de serre elle transforme le carbone vivant en méthane.  Ce gaz  sera brûlé comme toutes les autres énergies fossiles et  produira du CO2, contredisant la lutte contre le réchauffement climatique. Elle promeut un modèle agricole intensif qui maintient,  développe l’élevage hors-sol afin de soutenir le volume des déchets nécessaires au fonctionnement du méthaniseur. L’innocuité des digestats (matières non digérées par les bactéries du méthaniseur)  reste à prouver. En sortie du méthaniseur, l’azote obtenu l’est en grande partie sous forme ammoniacale très volatile augmentant le risque de pollution de l’air et d’acidification de l’eau. Avec un risque sanitaire sérieux pour les riverains et les opérateurs, l’épandage des digestats s’accompagne d’émissions gazeuses toxiques conduisant notamment à l’augmentation de l’antibiorésistance. …

Le 13 septembre naissait l’association Transparence la Chapelle-Neuve elle compte 350 adhérents,  sur 960 habitants dont 760 électeurs…

Les premiers mobilisés ont été victimes d’intimidations brutales. Il n’empêche avec les nouveaux,   ils organisent le 9 octobre, la fête de l’information sur la méthanisation et ses pestes!

Catherine Destom-Bottin

Partager sur :         
Retour haut de page