Délicieux

L’autre moitié du soleil

Le titre de ce roman c’est en mots le symbole incrusté  à la croisée des diagonales du drapeau biafrais : un soleil se lève comme rêvait de se dresser la nation Ibo s’émancipant du Nigéria.

Chimemanda Ngozi Adichie est ibo, nom de la population qui peuple le Biafra, elle a entrepris et avec brio  de témoigner de la terrible guerre civile dite du Biafra, région orientale du Nigeria, qui abonde en champs pétrolifères…

Cette guerre a déchiré le pays de 1967 à 1970. Chimemanda Ngozi Adichie secoue l’oubli du million de civils morts sous les yeux du monde entier, en créant des personnages tous plus saillants les uns que les autres. 

Ces personnages sont beaux, appartiennent aux couches supérieures de la société nigériane, ils ont l’audace et l’envie de vivre ce début de post-colonialité, tout cela sous les yeux avides d’Ugwu jeune « boy » des protagonistes.

Chimemanda Ngozi Adichie  peint aussi et sans concession la faim, la détresse, l’au-delà de la misère, le délabrement physique, le manque absolu…

Adeptes des épouvantables blagues pourries de l’époque sur la maigreur des biafrais, s’abstenir …

Catherine Destom Bottin


L’autre moitié du soleil, Chimemanda Ngozi Adichie, Trad. de l’anglais (Nigeria) par Mona de Pracontal, Nouvelle édition en 2017 Collection Folio, 672 pages, 11€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


CAPTCHA Image
Reload Image