Notes d'actualité

Séparatisme et islamo-gauchisme

L’offensive a longtemps été souterraine, et a pris des formes multiples ; elle a tissé sa toile en silence. Son piège est à présent refermé. Elle explose aujourd’hui dans toute sa puissance. La coïncidence dans le temps du passage (et du vote en première lecture) de la Loi Darmanin sur le prétendu « séparatisme islamiste » devant l’Assemblée Nationale et de lancement d’une nouvelle campagne contre le prétendu « islamo-gauchisme », n’a pas besoin d’avoir été concertée par leurs protagonistes respectifs : elles sont deux des manières dont l’idéologie dominante entend empocher les bénéfices longuement accumulés.

La chasse à l’islamo-gauchiste dans les universités lancée par Frédérique Vidal se heurte à plus de résistance – précisément dans le monde universitaire, attaché à ses libertés académiques. Mais les enquêtes d’opinion semblent montrer quelle n’est pas pour autant sans écho dans une opinion publique abreuvée depuis tant et tant d’années à la source islamophobe où a été pêché cette fumeuse caractérisation. Et d’une certaine façon, le fait que les universitaires soient assez isolé.e.s dans leurs protestations permet au pouvoir de faire coup double en renforçant les réflexes anti-intellectualistes que suscitent toujours les périodes de stagnation ou de défaite du mouvement social, les périodes dans lesquelles aucune alternative politique crédible ne semble se présenter.

Cette idée que, en somme, il n’y aurait pas de fumée sans feu, et que si l’on dénonce ainsi la puissance de courants intellectuels faisant le jeu d’un islamisme conquérant, totalitaire et lié au terrorisme, c’est bien qu’ils existent et inquiètent légitimement les autorités, est voisine de celle qui empêche toute protestation de masse contre la loi Darmanin (sur laquelle la moitié du groupe communiste, en ce inclus le président de ce groupe, le secrétaire national du parti et l’une de ses prédécesseures, ont choisi de s’abstenir, après en avoir voté des articles significatifs). Le discours dominant a bien pénétré les esprits. Même sans partager les réponses proposées par un ministre qui trouve Marine Le Pen un peu molle sur ces sujets, beaucoup admettent aujourd’hui que les questions qu’il pose sont pertinentes. Air connu. Et comme souvent, admettre les questions de l’adversaire, c’est se résigner à sa propre défaite idéologique – voire l’organiser.

Quoi qu’il en soit, cette coïncidence met en évidence une chose importante : dans le dispositif idéologique du nouveau monde, racisme et autoritarisme vont de pair. Et l’autoritarisme, qui frappe désormais, bien au delà des comportements, jusqu’aux pensées, aux recherches en sciences sociales, aux opinions, aux sensibilités politiques, affirme ses ambitions totalitaires. Le rapprochement a parfois été fait avec la période dite du « maccarthysme » aux États-Unis. Nous y sommes. La chasse aux sorcières musulmanes et islamo-gauchistes n’est qu’un galop d’essai : en toute matière, comportements et opinions obligatoires seront bientôt imposées par la force des baïonnettes.

Laurent Lévy

One Reply to “Séparatisme et islamo-gauchisme

  1. Une ineptie gouvernementale de plus !
    Le terme même d’islamo-gauchisme témoigne, pour son utilisateur d’une ignorance crasse au moins en matière de la sémantique. Si l’on peut faire une comparaison, ça revient à parler de tétraplégique valide ! Tout gauchiste est marxiste par définition, or , Marx a écrit dans la  » critique de la philosophie du droit de Hégel  » Elle ( la religion) est l’opium du peuple ». L’association des deux termes présente une méconnaissance pathologique du programme de philo de terminale. Comment Mme Vidal peut -elle prétendre à la gestion des universités ????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image