Délicieux

Les utopiques

Le numéro 16 de la revue syndicale est consacré aux 150 ans de la Commune. Comme toujours, la majorité des articles est le fait de militantes et militants Solidaires, mais aussi de la CGT. D’autres actrices et acteurs du mouvement social y participent. Plusieurs articles reviennent sur ce que fut l’œuvre de la Commune : on y parle des services publics, des femmes au travail, du travail de nuit des ouvriers-boulangers, de la démocratie au travail, de l’éducation, des chemins de fer, de la laïcité. Mais aussi de la réquisition d’entreprises, du colonialisme, de la démocratie en armes, des questions de majorité-minorité. C’est aussi l’occasion de découvrir des femmes de la Commune, de s’attarder sur Eugène Varlin et Léodile Bera (dite André Léo) ou de se rappeler que la Commune n’a pas brûlé la guillotine.

La chanson est aussi présente : à travers le CD offert avec ce numéro, un article sur les chansons de la Commune ou encore une interview de Dominique Grange. Le lien est fait entre les écrivains contre la Commune et les éditorialistes qui vilipendent aujourd’hui nos grèves. Deux textes de Jacques Prévert et l’évocation de la place de la Commune dans la Bande dessinée complètent ces aspects.

La Commune ne se limite pas à Paris : Marseille, Lyon, Nîmes et toutes les autres villes françaises touchées sont traitées. On y découvrira aussi l’écho de la Commune en Espagne, les communards en Uruguay, tandis que sont aussi évoquées l’autonomie zapatiste ou la Commune d’Oaxaca. Les 100 ans de la Commune de Cronstadt complètent l’ouvrage.

Chronologies et lexique bouclent ce numéro, illustré par Tardi, Hélène Maurel, Jihel, des photos de Serge D’Ignazio… et de nombreuses reproductions d’affiches de la Commune.

Pour les lectrices et lecteurs de Cerises, mentionnons que, dans une conversation à quatre voix, Ludivine Bantigny, Maryse Dumas, Christian Mahieux et Pierre Zarka explorent ce qui, depuis 1871 tisse un fil rouge : « Communs, Commune, se fédérer, autogestion, révolution ».

Les utopiques, Éditions Syllepse, 312 pages, 12 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image