Délicieux

Le sourire de Prométhée

Évêque mérovingien, serf d’un domaine carolingien, hôte d’un bourg neuf du XII° siècle, théologien du XIII°, ou maître de forges du XV° ne nourrissaient ni la même vision, ni les mêmes attentes vis-à-vis de la nature.

Après l’An mil pourtant, le nombre croissant des hommes, l’amélioration des techniques et la redécouverte de la science grecque font peu à peu basculer l’Occident dans un nouveau paradigme : la maîtrise du monde sensible et la continuation par l’homme de l’œuvre divine deviennent alors des buts collectifs légitimes.

Au « temps des cathédrales », Nature devient une figure allégorique, gardienne de la Création et de ses lois et, avec elle émerge l’idée de « droits naturels » possédés par tout homme (liberté, justice, propriété ont la part belle des chartes de franchises).

« Au temps des catastrophes », revisiter, dans leur terreau, les racines médiévales de l’idéologie contemporaine, nous aidera à libérer la sorcière réprimée en nous, pour infléchir la trajectoire civilisationnelle qui s’initia alors.

Fred Bouviolle

Fabrice MOUTHON, Le sourire de Prométhée, La Découverte (2017), 288 p., 24 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *