Inquiétude et colère dominent depuis quelques jours au sein de l’école primaire Pasteur. La communauté éducative fait face à une décision brutale, inédite : la mutation d’office de six enseignants à l’issue des vacances !

Depuis des années, les 19 enseignant.e.s avaient élaboré un mode de fonctionnement collectif, et s’étaient habitués, les parents et les enfants avec eux, à cette collégialité. A l’occasion du changement de direction,  l’Éducation Nationale a nommé une directrice, visiblement mandatée pour remettre de « l’ordre » ; le maître-directeur, version dure.

Bien des projets sont nés dans cette école, Parents, communauté scolaire et enfants ont de longue date tissé des liens entre eux et avec ce quartier populaire. Le lancement d’une « procédure administrative » ne peut « justifier » qu’un tiers des enseignant.e.s soit sanctionné. En l’absence de faute professionnelle, rien ne justifie de se débarrasser d’enseignants reconnus pour leur travail et fidèles à leur poste depuis des années.

Au passage, c’est aussi la syndicalisation des enseignant.e.s qui est mise en cause.

Une large mobilisation de soutien se construit : mouvement de grève, pétition, solidarité qui s’organise, manifestations ; mais les ordre de mutations sont arrivés la veille des vacances….

Quant au maire (PS) de la Ville, il s’est affligé d’un communiqué de soutien à l’Éducation Nationale. Sans doute une proximité dans les méthodes de sa municipalité et de cet État…

Cette répression pourrait bien n’être qu’un premier exemple de l’ordre dont rêve Blanquer dans l’Éducation Nationale et d’une extrême droitisation de sa conception « républicaine ».

Patrick Vassallo

Pétition à signer

Le blog de saint-Denis

Partager sur :         
Retour haut de page