Notes d'actualité

Les prédateurs : le cas Danone

Lundi 15 mars le conseil d’administration a évincé le PDG Emmanuel Faber. Les principaux actionnaires ont eu le dernier mot. Un « petit » actionnaire est entré dans le capital « Bluebell Capital[1]» et a fait du lobbying auprès d’autres actionnaires pour que l’entreprise échappe à des choix qui n’allaient pas dans le sens d’une rentabilité maximale pour les actionnaires. 5 mois après que ce géant de l’agro-alimentaire se soit proclamé entreprise à mission, en clair être une entreprise dite « socialement responsable », le conseil d’administration en a décidé autrement. Pourtant E. Faber avait annoncé il y a quelques mois un plan de licenciement de 2000 personnes dont 400 en France.

Effet du marketing, Danone a tenté de se donner une image populaire auprès de sa clientèle. Mais ce n’était pas suffisant pour une majorité d’actionnaires. Une fois l’action Danone repartie à la hausse, Bluebell a revendu ses actions et a empoché la différence ! Mais on pourrait appliquer dans ce qui vient de se passer le mot d’ordre suivant « actionnaires de tous les pays unissez-vous ». Ils le font sans aucune vergogne. Ils se retrouvent régulièrement dans des cercles pour ajuster leur stratégie et ne rien lâcher sur le partage des profits réalisés. Non Faber n’était pas un gentil patron face à de méchants actionnaires. Nous sommes confrontés à un capitalisme prédateur. Il est donc urgent pour les travailleurs et l’avenir de la planète d’y mettre fin.

Daniel Rome


[1]                              https://www.capital.fr/entreprises-marches/danone-bluebell-capital-et-artisan-partners-augmentent-la-pression-1395260

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image